Marianne Lamy

Soin de l’être et de l’habitat

Qui suis-je ?

 Il y a quelques années, en 2016, ma vie a été complètement bouleversée. Un désir ardent de vivre et de ressentir la Vie, de me sortir de l’inertie dans laquelle je m’étais enfermée, a occupé mon esprit. Mes intentions se sont transformées en réalité, je reprenais le pouvoir sur ma Vie. Plutôt que de subir les évènements extérieurs, je me suis aperçue que j’avais la possibilité de faire des choix et d’aller vers ce qui a du sens pour moi.

Cette transformation intérieure m’a conduit à une transformation extérieure.

J’ai découvert la Géobiologie, me reconnectant à mes capacités d’enfant à ressentir les énergies d’un lieu. Je pouvais enfin mettre du sens sur mes ressentis et surtout je pouvais agir pour corriger ce qui n’était pas dans le sens de la Vie.

 

Poussée par cet élan de Vie, j’ai entrepris une formation de thérapeute, de femme médecine, qui me pousse à comprendre les mécanismes subtils des individus, pris au pièges de leurs souffrances et de leurs peurs. Les outils de transformation individuelle m’arrivent lorsque j’en ai besoin, au fil de mes découvertes et de mes apprentissages. Et je ne cesse d’apprendre, tant cela me donne de l’élan et de l’énergie.

 Transmettre et partager fait aussi parti de mes talents, de ce qui fait vibrer mon cœur. Pour respecter cette demande intérieure, j’organise des ateliers et des conférences. C’est pour moi une nourriture infinie. Le blog me permet de partager et de transmettre en utilisant l’écriture que j’aime beaucoup.

 

Les maîtres mots de mes actions, les intentions qui dirigent mes actes, sont « libérer » et « s’incarner ».

Libérer, ça sonne plutôt bien avec mon prénom ! Libérer ce qui nous pèse, ce qui nous empêche de faire des choix, ce qui nous fait souffrir, ce qui nous fait mal. Libérer et se sentir libre d’être, tout simplement. Libre d’être sans peur, sans attente. Libre d’être dans le « ici et maintenant ».

« S’incarner », c’est réaliser que je suis une conscience qui vit sur Terre. La plupart du temps, nous fuyons notre incarnation, notre rapport avec la Terre, avec nous même, avec les autres, avec la Vie. Car cela est trop douloureux, trop lourd. En se libérant des charges inconscientes, la conscience s’incarne. Et à chaque prise de conscience, je me sens un peu plus vivante. Un peu plus dans le mouvement de la Vie.

Et tout ça pour quoi ? Pour gagner en bonheur, en joie, en simplicité et en paix intérieure.

 

Marianne