Je viens de passer une semaine incroyable. Une semaine de pause, seule avec moi même, au contact des éléments, déconnectée du temps, de ma vie sociale, professionnelle et familiale. Et connectée à plus grand que moi.

Je crois que ces quelques mots résument bien ce que j’y ai vécu. Mais je sais que vous avez envie d’en savoir plus… Et moi j’ai très envie de partager avec vous ce que j’ai vécu. Alors bien sur, mon « essentiel », mon « intime », je ne le dévoilerais pas ici. Tous les enseignements que j’ai reçu, je vous en parlerais dans les grandes lignes, mais l’intime de ce voyage intérieur reste dans mon cœur, prêt à être incarné.

Qu’est ce qu’une quête de vision ?

Guidée par Mvie, j’ai vécu une quête de vision selon la tradition Celte. Il existe plusieurs façons de faire, et celle ci est d’une grande douceur. J’ai donc passé 4 jours et 2 nuits dans la nature, seule dans un espace de 3m par 3m( soit 9m²), sans rien faire et sans manger. Un sacerdoce pour le corps. Un voyage pour l’esprit.

C’est dont un voyage intérieur que je viens de faire. Un voyage vers moi même, vers mon essentiel. Vers ce qui est le plus important pour moi. C’était un moment de grande disponibilité pour moi même. Pour toutes les parties de moi : celles que je n’écoutes pas toujours, celles que je n’aime pas, celles que je juge, celles qui n’ont jamais la parole, mais aussi, celles qui sont belles, bienveillantes, aimantes, merveilleuses. Je me suis sentie disponible pour mon être tout entier, et cela est un pur cadeau. Je genre d’instant est tellement rare dans nos cultures urbaines !

La préparation de la quête de vision

Une quête de vision se prépare. Un peu comme un trek. On ne part pas en quête de vision du jour au lendemain.

Les jours précédant la quête, environ 10 jours, j’ai commencé à modifier mon alimentation et mon hygiène de vie. J’ai supprimé tous les produits industriels, le sucre et les excitants. Cette « descente alimentaire » est essentielle pour éviter les divers maux du jeûne. J’ai ensuite chaque jour éliminé un aliment : les protéines animales, les céréales, les oléagineux, pour ne finir qu’avec des fruits et légumes crus. Cette préparation alimentaire, associée à une cure de chlorure de magnésium, m’a permis de vivre le jeune sans grande difficulté.

Une fois sur place, la préparation de la quête s’est affinée avec des rituels et des explications du déroulé. Je me sentais calme et sereine, prête à vivre pleinement cette expérience. Au fil des derniers moments passés ensemble, je sentais mon esprit se poser, mais aussi, je sentais le cadre énergétique se mettre en place. Accompagnée par le Feu Sacré et la présence des gardiens, visibles et invisibles, je me sentais soutenue et accueillie dans ce lieu pour ce voyage intérieur. Je me sentais en sécurité.

Qu’est ce que j’ai vécu?

J’ai vécu 4 jours et 3 nuits exceptionnels. Chaque instant était unique, différent. Avec son lot d’émotions, de pensées, de difficultés et de prises de conscience. La première journée, en arrivant sur mon espace, j’ai été prise par de la joie et de l’émerveillement. Découvrir cet espace, la vue sur la montagne, le champ de fleurs, les aigles qui dansaient, les écureuils qui sautaient. Préparer mon espace, ma « tente », mon espace nuit. Puis, l’émerveillement a laissé la place à la peur. J’ai eu peur tout à coup de m’ennuyer, de ne pas savoir comment j’allais gérer ces 4 jours. Dormir a été salvateur. Et au petit matin, je me sentais de nouveau calme et sereine. C’est à partir de cet instant que les prises de consciences sont entrées en scène. Comme des évidences sur ma vie, je pouvais percevoir ce qui avait besoin de changement, ce qui avait besoin de décision, ou encore ce qui avait besoin d’implication. Je n’avais rien pour noté, alors parfois la peur d’oublier s’immisçait.

J’ai vécu 4 jours et 3 nuits à alterner entre de la quiétude et de l’angoisse. Mais j’ai pu mettre énormément de conscience sur ce que je vivais. Sur ce qui se passait à l’extérieur de moi, mais surtout sur ce qui se passait en moi. Mes perceptions se sont mises a changer au fil des jours. Le visible et l’invisible se mêlaient.

J’ai vécu 4 jours et 3 nuits à me demander ce que « ne rien faire » voulait bien dire. Est ce que penser est faire ? Puisque la consigne était de ne rien faire, j’ai pris le temps de méditer cette question. Doucement s’est profilé en moi une ébauche de réponse : est ce que « faire » ne serait pas une action faite avec une attente et « ne rien faire » serait accueillir ce qui est ? De ces deux postures, il n’y en a pas une qui est mieux que l’autre. Il y a juste maintenant ma conscience qui les regarde autrement. Parfois l’une est plus utile que l’autre. Ou l’inverse.

Qu’est ce que j’en retiens ?

Une quête de vision c’est indéniablement un chemin vers une meilleure connaissance de Soi, une connaissance de cette partie « authentique ».

Je me souviens de toutes ces prises de conscience qui se sont offertes à moi. De retour dans mon quotidien, elles guident mes actes.

Je me rends compte que je suis sur mon chemin avec ma pratique de la géobiologie. Que je peux me faire confiance dans mes ressentis et les informations que je reçois. Confiance en moi, et en ces parts plus subtiles de mon être. Confiance dans ce choix d’être au service de la Vie et de la Conscience. Que ce soit pour moi même, ou pour tous les hommes et femmes qui marchent à mes côtés.

Je garde précieusement cette conscience que moi seule sait exactement ce qui est juste et bon pour moi. J’ai cela en moi, c’est mon pouvoir personnel. Quelle que soit l’influence extérieure, je choisis de garder mon cap intérieur.

Je me rends compte que cette expérience est un vrai cadeau pour mon chemin, pour éclairer ma lanterne comme dit ma mère, pour mettre plus de conscience dans ma vie. Alors j’ai pris l’engagement de renouveler (à ma façon), ce temps de « retraite », de temps pour moi.

Bien sur, chaque expérience est unique. Une quête de vision se fait sans attentes, sans objectifs, sans projections. Il se passera pour chacun ce qu’il est prêt à vivre et à recevoir. Mon témoignage a pour seul but de partager mon point de vue, et d’ouvrir la porte aux envies et questionnements !

J’espère, à travers ce court témoignage, avoir répondu à vos interrogations. Si tel n’était pas le cas, n’hésites pas à me solliciter par e-mail ou en commentaire. Je serais ravie de vous accompagner sur ce chemin !

Je vous souhaite un agréable chemin à tous et à toutes

Prenez soin de vous,

Le monde a besoin de vous.