Le 7 mars dernier , nous vivions ensemble un moment très riche et intense. Une rencontre pas comme les autres, comme toutes les autres finalement.

Nous avions invité Aude Ferté, Chamane, et Véronique Richard, thérapeute, à nous transmettre leur vision du pouvoir créateur féminin.  L’une et l’autre ont apporté leur regard et leur histoire pour nous permettre de décrypter l’essence du pouvoir créateur et comment construire une vie qui nous plait.

Préambule

En introduction de cette Rencontre, Véronique nous a offert une séance d’ancrage, une méditation qui nous a permis de créer de l’espace pour accueillir ce pouvoir créatif. Parce que le pourvoir créatif se passe ici et maintenant, dans cette alliance entre notre côté sombre et notre côté lumineux, entre le ciel et la terre.

      Pouvoir-Createur.-001

Qu’est ce que le pouvoir créateur ?

« Le pouvoir créateur a la capacité de fonctionner non stop. Qu’on le sollicite ou non, en conscience ou pas. » Aude Ferté

Son travail est de créer notre réalité. Et pour ça, il va venir puiser dans les informations disponibles en premier : ce qui nage en surface dans l’inconscient. Tout notre travail d’humain consiste à utiliser le pouvoir créateur en conscience. Et cela passe aussi par la créativité artistique. L’œuvre artistique devient le support de l’intention, du rêve qu’on veut voir s’incarner. Et c’est au travers de l’attention qu’on va porter à la création qu’on va  nourrir de notre énergie ce qu’on souhaite voir se réaliser.

« La femme bâtit dans l’invisible, le pouvoir créateur masculin s’incarne dans la matière ». Aude Ferté

Le pouvoir créateur est dans l’alliance entre notre part lumineuse et notre part d’ombre. Il est dans notre complétude dans l’instant présent, dans l’honnêteté et l’authenticité vis-à-vis de nous-même. Partout où nous sommes incomplet, c’est là où les autres prennent le pouvoir sur nous.

« Le pouvoir créateur est dans cette force qui nous amène là où on a envie d’aller. « Véronique Richard

 

Comment nourrir ce pouvoir ?

La première chose à faire selon Véronique,  est de tourner l’écoute à l’intérieur de Soi, d’être à l’écoute de ce qui se passe en soi.

Cela passe aussi, par

  • Transformer certaines habitudes qui ne nous sont pas bénéfiques : les informations négatives, les personnes toxiques, etc… C’est pourquoi il est important d’identifier ce qui nous fait du bien et ce qui nous pollue. Chaque jour.
  • Des pratiques pour remettre du mouvement dans le corps, faire du bien à son corps, lui procurer de l’énergie : courir le matin, faire du yoga, etc…
  • Etre en contact avec la nature, prendre l’air. Revenir à des choses essentielles et naturelles comme sentir l’air.
  • Faire des choses qui nous animent, nous passionnent. Aller voir une bonne expo, avoir une bonne conversation, etc…

« Le pouvoir créateur se nourrit de tout ce qui nous fait du bien. » Véronique Richard

  • Être capable de dire non. A tout ce qu’on n’est pas capable d’accueillir. On peut différer par exemple.
  • Pratiquer la méditation, seul ou en groupe, en silence ou guidée. S’occuper de soi en prenant du temps pour être avec soi.
  • Jouer, être un enfant, s’animer. Rire tous les jours est un cadeau qu’on s’offre à soi-même.
  • Faire des choses inattendues, se lancer des défis.

 

Pour nourrir notre pouvoir créateur, il faut être dans la prise de conscience qu’on crée notre réalité à chaque instant, être dans cette certitude que nos pensées, notre conscience, vont conditionner notre réalité.

La première chose à faire selon Aude, c’est de redonner son pouvoir à notre pouvoir créateur. On peut créer une réalité qui est différente.

En pratique, on peut utiliser le rituel, en prenant des objets symbolisant certains aspects de notre vie que l’on souhaite voir évoluer. Le rituel aide à porter la conscience quand on n’a pas l’habitude de solliciter son pouvoir créateur. Il n’a d’autre pouvoir que celui de solliciter la conscience sur la cible qu’on veut atteindre. Il y a des moments propices pour poser des intentions sur ce qu’on veut créer dans notre vie, comme la nouvelle lune.

Le rituel passe par différents moyens, pourvu que ça fasse sens pour nous : écrire, réaliser une création artistique, allumer des bougies, faire des offrandes dans la nature, … Un rituel est propre à chacun. Avant de faire un quelconque rituel, il est important de vérifier s’il a du sens pour soi-même.

L’objectif est de trouver un support qui va porter notre conscience.

L’étape d’après, c’est de pouvoir se détacher de ce qu’on souhaite mentalement. Les intentions sont souvent le fruit du mental. Cala revient à commencer à travailler avec la notion du vide :

« J’ai ce pouvoir créateur qui est en moi, je l’ai utilisé en conscience pour créer certains aspects de ma vie. Je fais confiance à ce vide qui est en moi pour créer la réalité qui est juste et bonne pour moi. Celle qui est en lien avec mon chemin de vie. Et j’accepte cette part d’inconnu générée par le vide. Il y a peut-être quelque chose d’encore plus vaste que ce que moi je peux nommer avec mon état d’être du moment, quelque chose qui me dépasse. »

Nos pensées limitantes et notre système de croyances viennent étouffer ce potentiel de création. Par des pratiques qui libèrent, comme le chant, le théâtre, la danse, on arrive à ré-ouvrir les espaces pour faire rejaillir cette énergie créatrice.  Cette expansion peut être douloureuse, car on se place ainsi dans une sorte de vulnérabilité. Et on a tendance à se refermer, à vouloir se sécuriser, à rester dans notre zone de confort.

Pour solliciter notre pouvoir créateur, nous allons traverser des phases d’inconfort, de vulnérabilité. C’est notre part d’ombre. Et cela nous oblige à nous voir tel que nous sommes. Et derrière ça, il y a une profonde liberté.

Aude met toujours l’énergie à 100% dans ses projets. Car tout n’est que croyance. C’est notre foi en un projet, en sa réussite qui va créer la réalité. Il n’y a pas de destin ou de fatalité vers lequel on ne peut pas aller. Tout est possible.

Pour que les choses puissent changer, il faut que toutes nos énergies concourent dans la même direction. Toutes nos dimensions (la tête, le cœur et l’esprit) doivent être alignées pour converger vers ce projet commun. C’est un chemin de transformation pour y arriver, qui consiste à se connaître plus profondément. Et ensuite, on arrive à cet endroit où tout est aligné, où l’on n’a plus besoin de l’intention pour réaliser une vie plus douce et harmonieuse.

 

D’où vient le pouvoir créateur ?

La source de notre pouvoir créateur se trouve, pour Aude, dans notre utérus, notre berceau de l’énergie de vie. C’est dans le corps que nait cette énergie et c’est dans la conscience que se trouve le pouvoir créateur.

Pour Véronique, le pouvoir créateur est dans le plexus, le ventre, le cœur. On le sent quand on a de l’élan. Le pouvoir créateur c’est du vivant. C’est la vie qui circule en nous.

 

La notion de co-création ?

Quand nous n’utilisons pas notre pouvoir créateur en conscience, il y a forcément des choses qui nous échappent.  Quand on entre dans une dimension collective de création, de co-création, il est de notre responsabilité à chacun de pouvoir offrir le meilleur de nous même, de nos énergies.  Cela passe par un processus de co-création consciente. C’est-à-dire, savoir ce qu’on a envie d’offrir à soi et au monde.  Savoir ce qu’on va pouvoir rêver avant que ça ne trouve son chemin dans la matière et qui va venir rencontrer le rêve des autres personnes, pour pouvoir écrire le meilleur scénario possible pour cette planète terre.

 

Ce que j’ai envie de dire en conclusion, c’est que le pouvoir créateur est une invitation à mettre de la conscience sur soi-même et ses zones d’ombres.  Et qu’il est une invitation à rêver sa vie avant de passer à l’action.

Pour clôturer la Rencontre, Aude nous a offert un magnifique instant accompagnée de son tambour. On vous laisse écouter …

      Pouvoir-Createur-002

 

Les intervenantes :

Aude Ferté : Espace Marosa

Véronique Richard

Vous avez aimé cet article et vous souhaitez nous soutenir ? Faites un don à l’association.

Propulsé par HelloAsso