L’amour de soi, c’est le thème que nous avons abordé lors de la Rencontre qui construit demain #7. Comment se donner de l’amour, comment être bien avec soi, avant d’aimer les autres…?

Le 7 février dernier, deux amoureuses de la vie et des gens sont venues nous chanter l’amour de soi et ses vertus. Il s’agit de Stéphanie De Tourris et Émilie Bouvet.

1. Le rôle de l’éducation et des valeurs transmises

Selon Stéphanie De Tourris notre éducation est notre point de départ : là où tout a commencé ! Or la société, avec le poids de ses propres valeurs culturelles, religieuses, traditionnelles, ne nous a pas appris à nous aimer.

Pour Émilie Bouvet, on en arrive à se dire que s’aimer soi c’est… égoïste ! Alors que non, en réalité s’aimer soi est le point de départ à l’AMOUR dans son ensemble ! On pense toujours à satisfaire les attentes de l’autre mais quand est-ce qu’on SE satisfait soi !? Hum… la question est donc plutôt qu’est-ce que MOI j’aime, de quoi J’AI envie !?

Si on savait que tout le monde est doué pour quelque chose et qu’il suffit de trouver quoi… Alors l’échec ne serait plus vraiment un échec… lourd et décourageant. Mais bien une expérience de vie salutaire et formatrice !!

Car selon Stéphanie De Tourris, on ne découvre de quoi on est capable qu’en sortant de là où on est ! Alors, mais… est-ce qu’on ne commencerait pas à s’aimer soi en acceptant la totalité de ce qui est ? En s’acceptant soi entièrement comme on est ?

Et si, selon Émilie Bouvet, les échecs étaient d’autres chemins pour apprendre ?! Et si l’échec est un jugement alors il faut apprendre à ne pas se juger soi-même pour commencer ! Qu’en dites-vous ? Pour Stéphanie De Tourris, apprendre à s’aimer c’est arrêter de se juger, de se critiquer, de se comparer.

 

2. La relation à soi m’aime !

Stéphanie De Tourris déclare que sa deuxième vie à débuté le jour où elle a pris conscience de sa relation avec elle-même ! Émilie Bouvet note qu’on est plus conscient, en général, de notre relation aux autres que de la relation à nous même !

ce qui est révolutionnaire selon Stéphanie De Tourris c’est le jour où l’on réalise qu’on a une relation avec soi-même avant tout ! Oui car comme le rappelle Émilie Bouvet, quand on se laisse définir par les autres, on n’est pas vraiment… soi-même !

Oui mais comment faire ?! Eh bien il faut prendre du temps pour soi ! C’est par ce biais là qu’on va commencer à s’écouter, à s’apprécier.

Quelques astuces : prendre du temps pour soi ce n’est pas nécessairement très long et ça peut passer par l’écriture, la méditation, ce que vous voulez du moment que vous êtes avec vous et… vous-même quoi ! c’est un entrainement progressif et quotidien.

Selon Stéphanie De Tourris s’aimer c’est être acteur de sa vie et reprendre les rênes, le tout en étant observateur. Car cette position d’observateur nous permet de sortir de la tempête dans laquelle on peut se trouver. Et alléger ce que nous traversons de difficile. Pour Stéphanie, notre vie n’est pas linéaire. Elle s’inscrit dans un process en spirale où chaque fois nous allons aller un peu plus en profondeur. On croit reculer alors qu’en réalité on apprend à s’aimer un peu plus.

Pour Émilie Bouvet cette prise de conscience que l’autre est mon reflet. M’invite à voir que ce qui me gêne chez l’autre me fait me poser la question : qu’est-ce qui me gêne chez moi ?!

Stéphanie De Tourris dit que plus on s’accepte comme on est et plus on accepte l’autre tel qu’il est !

 

3. Le dialogue à soi m’aime

D’après Stéphanie De Tourris quand on prend conscience qu’on a une relation avec soi alors débute un dialogue avec soi-même : on se parle mais de manière très subtile. On peut être très violent à son propre égard. La prise de conscience passe par le fait de se demander si on dirait à quelqu’un les choses qu’on ose se dire à soi-même ?!

Il est clair que non ! Donc si on ne peut pas traiter les autres comme on se traite alors il n’y a aucune raison de continuer à se traiter soi ainsi !

Pour Émilie Bouvet l’image qu’on a de soi est fondamentale. Par exemple se trouver « moche » est un jugement. La prise de conscience passe ici par le fait de se demander si les autres partagent mon avis sur moi-même. Une bonne image de soi va permettre de mieux avancer.

 

4. La découverte de soi

Stéphanie De Tourris dit que c’est un chemin et se découvrir c’est ôter les couches qui ont recouvert notre matière brute. Émilie Bouvet rajoute qu’il est nécessaire de se reconnecter à soi en communiquant avec son corps. Pour Stéphanie exprimer ses émotions est légitime et une preuve qu’on s’aime. Ainsi en découvrant petit à petit des résistances cèdent, un lâche-prise s’opère et on s’accueille un peu plus.

 

5. Amour & désamour de soi

Pour Stéphanie c’est un phénomène normal. En prenant conscience qu’on vit dans un monde de polarité où rien n’existe sans son contraire, on commence alors à s’interroger. « Comment cette semaine je pourrais m’aimer plus ? On attend aucune réponse à cette question, pas de pression, selon Stéphanie la vie se chargera de nous apporter la réponse. Pour Émilie le mental nous limite d’où l’intérêt alors de se répéter quotidiennement des mantras positifs pour s’aimer chaque jour un peu plus.

 

6. Passer par le ressenti

Émilie Bouvet rappelle que le corps par la douleur nous parle. Il faut donc ressentir et savoir accueillir ses petites douleurs pour les interpréter au mieux. Le corps sait avant le mental. Stéphanie De Tourris dit qu’il faut se fier à notre boussole intérieure : un « truc » qui sait où l’on doit aller…

 

7. Les indicateurs de l’amour de soi

C’est poser une intention et se reconnecter à son corps.

Quelques phrases de Stéphanie qui peuvent nous aiguiller :

  • S’aimer c’est décider de faire ce qui nous plait
  • C’est prendre soin de soi
  • C’est se faire des cadeaux
  • C’est se faire plaisir
  • S’aimer c’est se considérer comme un être précieux qui mérite le plus beau
  • Ne pas se sentir coupable de se faire du bien
  • C’est refuser de se faire du mal
  • Ne pas prendre les choses trop au sérieux
  • S’aimer c’est s’apprécier tel qu’on est, inconditionnellement, parce qu’on est un « package » et que nos défauts vont de pair avec nos qualités
  • S’aimer c’est cesser de se critiquer, de se juger
  • S’aimer c’est suivre son instinct, se faire confiance
  • S’aimer c’est s’écouter, savoir quand il est nécessaire de se poser et de se reposer
  • S’aimer c’est être conscient de ce qui nous fait du bien
  • S’aimer c’est apprendre à se découvrir, à se regarder grandir
  • S’aimer c’est reconnaître ses qualités et s’encourager
  • C’est prendre conscience du chemin parcouru
  • C’est être fier de son chemin et célébrer ses victoires
  • S’aimer c’est rire de soi aussi
  • Avoir envie de réaliser ses rêves et se donner les moyens d’y parvenir
  • S’aimer c’est parfois se « botter » les fesses pour réaliser ses rêves
  • S’aimer c’est retrouver l’enfant qui est en soi et le prendre dans ses bras pour le consoler
  • S’aimer c’est accepter ses faiblesses, reconnaitre ses émotions : les écouter, les accepter et plonger en elles
  • S’aimer c’est être patient avec soi
  • Savoir se dire que ça va aller
  • S’aimer c’est reconnaitre qu’on est EXTRAORDINAIRE !

 

Texte : Zohra Benbarek

Stéphanie de Tourris : Senso Muta et Full Bliss

Emilie bouvet : Photo thérapeute

Les articles qui pourraient vous intéresser :

Prendre soin de soi, comment faire?

Philosophie sur la tendresse