Lorsque le sujet de cette Rencontre s’est construit, je pétillais à l’intérieur. Il y a deux ans maintenant, j’avais commencé à appliquer une nouvelle façon de gérer une entreprise, considérant celle-ci comme un organisme vivant, l’homme une ressource génératrice d’énergie, la créativité un moteur, et la nature un cocon protecteur. Je vous livrerais ici et là quelques extraits de mes expériences et de mes notes. Aujourd’hui, c’est avec une immense joie et fierté que je retranscris les échanges de Vanessa Brouillet, prof de Yoga chez Yama, et Bénédicte Lièvremont, chargée de développement du Super Cafoutch, qui ont participé à la Rencontre qui construit demain du 13 décembre 2018 :  Travailler ensemble autrement, est-ce possible ?

Pourquoi vouloir travailler différemment ?

L’entreprise actuelle n’apporte plus rien aux êtres humains ; celle de demain  doit avoir un impact positif sur les relations humaines. C’est dans cette ouverture d’esprit que Bénédicte s’est tournée vers la Gouvernance Partagée et Vanessa vers l’Intelligence Collective. Persuadées que le changement vient toujours d’un petit groupe de personnes, elles se sont formées et ont lu pour savoir où aller. Car en réalité, il n’y a pas vraiment de concept à l’entreprise de demain, mais plutôt un partage d’expériences.

Les systèmes d’organisations évoluent en permanence. Du mode tribal où les décisions se prenaient par la violence, en passant par le mode pyramidal où les compétences se hiérarchisent, ou le mode collaboratif, nous arrivons vers le mode où l’organisation est soutenue par la raison d’être, et les personnes sont dans leur plénitude intérieure. Ce changement est nécessaire et vital, car le monde économique tel qu’il est ne pourra pas survivre aux changements qui s’opèrent.

Travailler ensemble autrement c’est créer de la solidarité, de la responsabilité et de la liberté. Les 3 ensembles.

 

Quels sont les changements à opérer ?

  1. La parole

Comment se réunir et comment s’exprimer ? L’inspiration de la CNV et de la PNL est forte.

Vanessa nous livre les 4 grandes règles qu’elle utilise dans son école :

  • Concision

S’exprimer avec le minimum de mot et ne pas répéter. Une fois que la phrase a été dite, pas besoin de répéter avec d’autres mots.

  • S’exprimer au « je »

Quand je parle, je parle de ma propre expérience, de me propres ressentis. Pas de généralités, de « on », de toujours et de jamais.

  • Je ne me raconte pas

Quand je m’exprime, c’est le sage (et non l’’enfant) qui s’exprime. Ce que je dis va faire avancer le groupe et je prends la responsabilité de le partager.

  • L’écoute

A chaque fois que je ne suis pas en train de parler, je me mets à 400% au service de la personne qui est en train de parler. Je ne suis pas en train de réfléchir à ce que ça me fait, ou de préparer ma réponse.

 

  1. Le système de représentation

Le système de représentation est un moyen de coder et de mémoriser nos expériences et nos données. Il existe plusieurs méthodes, mais Vanessa s’inspire du mind mapping pour que les réunions deviennent constructives et enrichissent le groupe.  En utilisant le dessin, l’activation des 2 sphères cérébrales permet une plus grande efficacité. La créativité se met au service de l’organisation.

 

  1. La capacité à travailler ensemble

Travailler ensemble s’entretient. Il s’agit en premier lieu d’une volonté du dirigeant, mais ensuite de tous les membres. Des formations aux processus, des accompagnements, des séminaires enrichissent le lien et le nourrissent de cette volonté de travailler ensemble autrement.

Si travailler ensemble demande une formation de chacun pour la dynamique du groupe, cela peut aussi s’apprendre par l’expérience.

Travailler ensemble autrement, c’est développer la capacité de pouvoir être soi.

  1. Le mode de gouvernance

Qui détient le pouvoir ? Qui prend les décisions ? Doit-on toujours consulter le dirigeant ou son supérieur pour décider et avancer ?

La proposition qui est faite est de créer des cercles de travail par thématiques et de laisser ces cercles souverains. Ils disposent de leur propre capacité de décision, sans chef ! Dans de grandes entreprises, même des décisions de financement important sont prises de cette façon. La solution doit satisfaire tout le monde : cela est très créatif mais un peu plus long.

Le rôle du dirigeant est de maintenir la vision globale de l’entreprise sans prendre parti à tous les cercles.

Les règles de  fonctionnement de ces cercles doivent proposer 2 niveaux de validation :

  • Je ne suis pas d’accord, mais c’est ok.
  • Je ne suis pas d’accord, mais je ne peux plus rester dans cette société si vous prenez cette décision.

 

Les conseils d’application ? ou les écueils à éviter si on se lance ?

  • Le cadre et les règles

L’entreprise libérée ne veut pas dire sans règles.

Les règles et le cadre permettent à chacun de trouver sa place. Ils signent la volonté d’autonomie dans les groupes. Le défi est de trouver le juste équilibre entre le cadre clair et partagé mais qui laisse place à la souplesse. Les processus fixés par le cadre doivent permettre à chacun de trouver son espace de liberté et de savoir comment communiquer.

  • La confiance

C’est accepter quand les autres fassent différemment, et que ça ne se passe pas comme on l’avait imaginé. Avoir confiance, c’est considérer que la personne en face, quel que soit son ancienneté, a la capacité de faire et apporte autant que moi au projet ou au groupe. Sa différence enrichit le projet. Ce n’est pas évident, voire même déstabilisant car nous n’avons pas appris à fonctionner avec ce raisonnement. La confiance c’est aussi croire en la puissance de création du groupe. C’est également, avoir un espace pour s’exprimer.

  • Le rapport au temps

Le rapport au temps change. On prend soin de soi et des autres plus facilement, on prend du temps pour soi, pour être avec les autres, pour écouter et créer. On se donne du temps les uns aux autres.

La structure évolue en permanence. Le cadre et les processus évoluent. L’apprentissage est permanent. Et comme à chaque changement, cela demande du temps.

  • Passer du concept au concret

L’expérimentation vaut toutes les explications. Par exemple déterminer ensemble la raison d’être de la structure grâce à la méthode des 5 pourquois est fondateur.  Ou encore, expérimenter le processus de formation en Intelligence Collective permet de prendre conscience de la richesse de chacun et permet ainsi de changer de posture quand on enseigne ou quand on transmet un savoir.

Chaque métier, chaque structure a ses spécificités. Il faut essayer, expérimenter !

  • Plaisir d’être ensemble

Travailler ensemble autrement c’est aussi créer des moments de joie et de plaisir. Ça inspire chacun, c’est toujours enrichissant.

  • La parole et l’écoute

Mettre du cadre dans les relations contribue à atteindre l’équilibre dans les rapports humains, même implicites. Cela permet à chacun de prendre sa place et de s’épanouir.

  • Transparence des salaires

C’est une réflexion qui véhicule une autre idée de penser le salaire. Ce système permet d’avoir des personnes qui s’estime mieux et qui font ce qu’elles aiment. Il soulage les tensions et les jalousies.

Comment déterminer le salaire ? En se posant les questions suivantes par exemple : qu’est-ce qu’un salaire juste ? A quoi sert le salaire : statut social, performance, compétence, expérience ? Est-ce que le postulat de l’égalité des salaires est accepté ?

Plusieurs méthodes permettent de déterminer les salaires en transparence. En faisant des propositions et des moyennes, ou en estimant le salaire de son collègue sur la base d’évaluations collectives.

 

En conclusion, travailler ensemble autrement est une nécessité si on veut accompagner le changement qui s’opère dans le monde économique. C’est à la portée de tous et toutes. Ça demande de la volonté, de l’expérimentation et de la créativité. Il ne sert à rien de lutter à maintenir en place un système qui ne tourne pas rond. Il est plus sage de collaborer et de créer un monde où l’énergie humaine reprend sa place.

Avez  vous des expériences à partager ? Dans vos entreprises, vos projets ?

Comment voyez-vous l’entreprise de demain s’appliquer dans votre quotidien ?

 

Pour aller plus loin :

L’holacracy :

https://labdsurlholacracy.com

La sociocratie :

http://www.sociocratie.net/

Et l’université du Nous qui propose gratuitement des MOOC et des outils :

http://universite-du-nous.org/a-propos-udn/ses-outils/

A lire, le livre de Frédéric Laloux – Réinventing Organizations